Vidéo Témoignage Projet Micro-cotisation

remiseDans le cadre de la mise en oeuvre du pilote projet de micro-cotisation
connu sous le nom de  »beuthieuk foukk » , le groupement PROFEMU a été
sélectionné  comme partenaire dans la zone de Guediawaye.  C’est ainsi que des membres du PROFEMU ont pu bénéficier de la bourse  de prévoyance maladie subventionnées à 90 % par la Fondation Rockefeller.

Le PROFEMU (Programme des Femmes en Milieu Urbain) est une organisation créée en 1993 à l’initiative d’OXFAM Grande-Bretagne. Avec un effectif de 20.000 membres, son but est de promouvoir le statut de la femme par l’accès au crédit, à l’épargne, à l’habitat, à la santé, à la formation, à l’information et à la transformation des produits locaux (céréales, fruits et légumes). Ce programme a son épicentre à Guédiéwaye avec des ramifications dans toute la banlieue dakaroise.

Madame Fatoumata Beye Gaye secrétaire générale de ladite organisation a
souligné que le beuthieuk foukk « est le système de cotisation le mieux
adapté aux réalités socioéconomiques des pays de l’Afrique de l’Ouest ».
Mme Gaye et l’ensemble de son groupement ont, à l’unanimité déclarée que «
cette offre de PMAS et la solution de micro cotisaion par SMS surtaxé
répondent aux attentes des populations ».

Elle a conclu en attirant l’attention des membres contre les risques de
fraude surtout à la pharmacie car le succès du projet en dépend.

Video de la remise des cartes de membre du projet Micro cotisation

Cérémonie de lancement du projet micro-cotisation

Cérémonie de lancement du projet micro-cotisation  Couverture maladie universelle sans discrimination: L’ONG « Connexion Sans Frontière » au chevet des populations démunies  avec le concours financier de la Fondation Rockefeller

Dans le but de contribuer à l’atteinte des objectifs du gouvernement à savoir 75% de couverture médicale horizon 2017, le projet de micro-cotisation est lancé. Ainsi, l’objectif poursuivi est de faire du Sénégal un pays où tous les citoyens et tous les ménages bénéficient d’un accès universel aux services de santé préventifs et curatifs de qualité sans aucune forme d’exclusion avec une répartition géographique équitable.

La solution proposée par l’ONG Connexion Sans Frontière relativement à la micro-cotisation a été primée par la Fondation Rockefeller des Etats-Unis. En effet, les travaux de M. CISSE portent sur la stratégie de micro-cotisation pour la couverture sociale des travailleurs du secteur informel. Son projet a été perçu comme un outil innovant dans la promotion de la Couverture Maladie Universelle dans l’espace UEMOA. C’est ainsi que la Fondation Rockefeller a soutenu ce projet en accordant des bourses de CMU à 200 personnes pour une valeur de 100 millions. Ce montent est destiné principalement à la population de la banlieue et de Guèdiawaye en particulier pour certains contractuels qui ont un revenu faible. La micro-cotisation correspond au « Beuthieuk Fouk » (cotisation journalière de 50f CFA) qui est un modèle économique endogène.  Elle a été modernisée et sécurisée pour faciliter aux familles africaines l’accès à la cotisation en fonction de leur pouvoir d’achat.

Le comité de gestion de Connexion Sans Frontière a porté son choix sur les offres du Pool Micro Assurance santé (PMAS) qui avec une prime annuelle de 8500 F CFA assure une prise en charge de 80%.      

La Couverture Maladie Universelle est une priorité pour les pays en voie de développement. L’ONG Connexion sans Frontière a mis en place le consortium technologique pour développer une plateforme de prévoyance universelle qui prend en compte les 80% de la population n’ayant pas de couverture sociale principalement les travailleurs du secteur informel.

Le lancement officiel a été fait ce mercredi, 26 mars 2014 à l’esplanade de la mairie de Guèdiawaye sous la présence du Préfet de la ville, du Maire Cheikh Sarr, et des partenaires au développement. Le Préfet a demandé aux organisations de femmes, et aux jeunes à s’approprier le concept de micro-cotisation qui vient en appoint à la politique du gouvernement pour la protection sociale et les bourses familiales.

Selon le Maire Cheikh Sarr, la ville de Guèdiawaye est prête à accompagner les populations pour l’accès à la couverture maladie universelle. La Présidente du PROFEMU représentant les organisations de la société civile à lancer un vibrant appel à l’ensemble de ses membres et aux femmes de développement à bénéficier de la bourse de couverture maladie proposée  par CSF et PMAS. Elle a tenu à rendre hommage à la fondation Rockfeller qui a subventionné leur bourse de prise en charge. Quant à Queen Biz artiste compositeur, ambassadrice de bonne volonté pour la micro-cotisation de la  couverture maladie universelle lance ainsi un appel à tous ses fans, aux autorités et aux sénégalais de l’extérieur, à adhérer massivement à ce projet salutaire. Dans son speech, elle a sollicité l’appui du chef de l’Etat pour la bonne réalisation du projet de micro-cotisation. Le Coordonnateur du projet de micro-cotisation Ahmet Karim Cissé a fait comprendre également que l’objectif poursuivit est de faire du Sénégal un pays où tous les citoyens et tous les ménages bénéficient d’un accès universel aux services préventifs et curatifs sans aucune forme de discrimination avec une répartition géographique équitable.
Il a mentionné que ce projet va travailler en étroite collaboration avec les mutuelles de santé comme en atteste du reste la contribution positive du président de l’union nationale des mutuelles de santé. Tout en expliquant qu’il y’a une innovation majeure dans cette initiative consistant à créer des mécanismes pour faciliter la cotisation aux bénéficiaires sans que ces derniers ne se déplacent de leurs lieux. Il s’agit de la micro-cotisation qui peut se faire soit par SMS ou par point de service de proximité. Il a rassuré que le projet est juste venue pour apporter sa pierre à l’édifice.

 

Incubateur

Le concept d’incubateur est l’un des programmes phare de Connexion Sans Frontière.

L’incubateur à un double rôle, il a d’abord une mission d’appui, conseil et assistance et d’autre part une fonction d’accompagnement dans la réalisation des projets économiques.

Il est prévu l’organisation de séminaire en Entrepreunariat en vue d’aider les futurs entrepreneurs à cerner davantage leur profession.

Connexion Sans Frontière est une ONG ayant pour objet la prise en charge des NTIC dans les politiques de développement.

Elle prévoit d’organiser avec Entrepreneuriat Editions une session de formation pour des formateurs à la gestion prévisionnelle de l’entreprise ( ou des projets créés par des entrepreneuses).

Son domaine d’intervention couvre un éventail assez varié, allant du renforcement des capacités d’action des organisations communautaires au programme sectoriel de lutte contre la pauvreté.

L’ONG dispose d’un Incubateur pour le partenariat et l’Entrepreunariat féminin et pilote sous l’égide du Ministère de la Famille et de la Petite Enfance le programme d’appui Informatique aux Organisations Féminines à l’ENFEFS.

Connexion Sans Frontière dispose des programmes suivants :

-Un programme de formation en micro finance ;

-Un programme d’informatisation des structures financières décentralisées ;

-Un programme pour l’Entrepreunariat des jeunes et des femmes ;

-Des programmes sectoriels de lutte contre la pauvreté ;

– Un programme d’élaboration des techniques contractuelles élémentaires ;

– Un programme d’élaboration des techniques de ventes ;

– Un programme d’élaboration de rudiments des mécanismes de gestion des PME.
Connexion Sans Frontière est le premier organisme non gouvernemental à avoir initié l’installation d’un Incubateur pour le Partenariat et l’Entrepreunariat Féminin au Sénégal.

Cette réalisation sert à canaliser les projets des femmes ou d’une manière générale ceux des organisations féminines dans le but de les orienter et de leur permettre d’introduire les NTIC au niveau de leurs plans de développement social.

CNN

The Rockefeller Foundation has selected 10 Winners of the Centennial Innovation Challenge, a competition launched in search of solutions that improve livelihoods for poor or vulnerable workers in the world’s informal economies.
The awardees of the Centennial Innovation Challenge were selected by an international panel of judges that included: Oscar Silva, Aleka Dondo, Ai-Jen Poo, Amolo Ng’weno, Seiji Machida.
Each Winner will receive support in proposal-writing to enable the further development of their solutions, in addition to an invitation to apply for a grant of up to $100,000.
The 10 Winners were chosen for their truly breakthrough ideas, which have the potential to transform livelihoods for millions of poor or vulnerable people working in informal economies worldwide.
Their solutions demonstrated catalytic innovation, strong potential impact, effective response to context, and spark.
Informal employment is a significant and growing part of the world’s economy; it accounts for around 50% of employment in North Africa and in Latin America, 65% of employment in Asia, and 72% in Sub-Saharan Africa. Given the vast number of informal workers, spurring new innovations that improve worker’s livelihoods in the informal economy is a critical issue.
We thank everyone who has participated in the Centennial Innovation Challenge and helped activate a global community to improve livelihoods in the informal economy. Over 2260 ideas from 124 countries were submitted to the Centennial Innovation Challenge. Stay tuned for more news and updates about winners and the challenge community.
Congratulations to the 2013 Centennial Innovation Challenge Winners! Your ideas have the potential to transform livelihoods in the informal economy.
1. Power to the Pickers: Technology for India’s Informal Workers
Biplab Paul, Never Let Your Waste Go To Waste
Ahmedabad City, Gujarat State, India
Unlike many other models that target waste collectors in the informal economy, this model leverages an ICT application, which ensures workers receive fair market prices for their work, while also creating platforms for advocacy to improve working conditions for what has traditionally been an unsafe and hazardous job.
2. A New Social Network: Connecting STEM Professionals with E-Waste Workers
Dr. Yasmine Abbas and Dr. Kwadwo Osseo-Asare, Agbogbloshie Makerpace Platform
Agbogbloshie, Ghana
Makerspace has the potential of disrupting the current model of low-value, high-risk (in other words, dangerous work for little pay) standards for e-waste practices, while also creating social resilience by creating interclass connections and tapping the expertise and networks of local STEM professionals
3. Empowering A New Generation of Street Vendors through Disaster Risk Management
Laura Alfers, WIEGO
Durban, South Africa
It is a replicable process that takes a participatory approach to risk protection that could catalyze a shift in how workspace regulation is approached in informal communities worldwide.
4. Linking-in: Building Trust in Hiring Through Greater Transparency
Christine Blauvelt, Duma Inc.
Durban, South Africa
DUMA is a social job matching service for emerging markets. Igniting existing dynamics, DUMA brings transparency to the otherwise murky process of both finding jobs and finding reliable employees in the informal sector by transforming the word-of-mouth hiring system into a network-based platform
5. A Better Health Plan for Pakistan’s Informal Economy
Asher Hasan, Naya Jeevan
Karachi, Pakistan
Naya Jeevan has the potential to provide large numbers of people worldwide with an affordable, accessible option to health care. For less than $2 per month/per person, any individual or organization can enroll, and by investing in insurance for informal workers, a business’s participation not only supports the worker, it boosts the entire health service system.
6. The Mobile CV: Overcoming Literacy Barriers to Employment through Using Mobile Interactive Voice Response Technology
Jacob Korenblum, JobMatch
Middle East and Africa
JobMatch creates greater access to labor markets, transforming opaque systems that exclude the average worker in the informal economy to transparent systems that improve the livelihoods the most vulnerable workers. The cutting edge Interactive Voice Response (IVR) service can generate even broader usage, thus increasing access to relevant jobs for illiterate populations.
7. Micro-insurance for the Informal Worker
Ahmed Karim Cisse, Connexion Sans Frontiers
West Africa
Connexion Sans Frontiers, in partnership with telecom providers, offers a low-cost SMS solution for micro-insurance. The ability to accept payments via SMS technologies, an inexpensive, accessible medium, could greatly expand informal workers’ access to insurance options.
8. Healthy Foods and New Jobs for East Africa’s Slums
Rachael Miller, MamaCarts
East Africa
MamaCarts introduces a new value chain for food vendors with triple benefits: more stable jobs, better sanitation practices, and higher nutritional value at market costs
9. Transactions without Transport: Social Lending to Empower Smallholder Farmers
Steve Wardle, Grameen Foundation
Eastern Kenya
Integrated mobile solution which enables smallholder farmers to overcome traditional market barriers linked to the warehouse receipt system.
10. Uma Mensagem Para a Liberdade: Safe Passage to Freedom
Rodrigo Brito, Alianca Empreededora
Brazil, with potential for Latin America and Worldwide
It makes « urban slavery » a noticed situation within a number of industries and economic activities. The platform utilizes mobile and online technologies to process, geolocate and integrate anonymous complaints concerning slave labor in urban areas and mobilizes and engages key actors around the need to create dramatically improved working conditions for this population

Source: By Michael Myers Website: http://www.rockefellerfoundation.org

First established in 1964, the Rockefeller Foundation’s Asia Regional Office is located in Bangkok, Thailand. For more information, please contact:

The Rockefeller Foundation
21st Floor UBC II Building
591 Sukhumvit 33, Wattana
Bangkok 10110- Thailand
Phone: 66-2-262-0091 to 95
Fax: 66-2-262-0098

APS

Protection sociale : une ONG sénégalaise primée par la Fondation Rockefeller

2013-07-02 21:17:45 GMT

Dakar, 2 juil (APS) – L’ONG Connexion Sans Frontière vient d’être primée par la Fondation Rockefeller des Etats-Unis, à travers son secrétaire exécutif Ahmed Karim Cissé, à l’origine d’un projet portant « sur la stratégie de micro cotisation pour la couverture sociale des travailleurs du secteur informel », a appris l’APS, mardi à Dakar.

« A l’occasion de son centenaire, la Fondation Rockefeller a lancé le Défi de l’Innovation du Centenaire, un appel à candidature pour des idées et des innovations pouvant transformer la vie des milliards de personnes qui travaillent dans l’économie «informelle» à travers le monde », indique un communiqué.

Dans ce cadre, « 2260 idées et innovations provenant de 124 pays ont été étudiées et analysées par un jury international et pluridisciplinaire. Au terme du processus de sélection, 10 récipiendaires ont été primés suivant 3 critères : faisabilité, innovation et impact social de leur projet », rapporte le communiqué.

« Au Sénégal, ajoute-t-il, c’est le projet soutenu par M. Ahmed Karim Cissé, secrétaire exécutif de l’ONG Connexion sans frontière, qui a été primé fait-il savoir ».

« Les travaux de M. Cissé portent sur la stratégie de micro cotisation pour la couverture sociale des travailleurs du secteur informel. Son projet peut contribuer à la réalisation de la couverture maladie universelle dans l’espace UEMOA », note-t-on de même source.

« Les récipiendaires sont éligibles à une subvention pouvant aller jusqu’à hauteur de 100.000 $ et bénéficieront d’un programme d’encadrement. Cette année, 4 projets innovants ont été primés en Afrique », un du Ghana et du Kenya et deux projets sud-africains, précise le communiqué.

La Fondation Rockefeller est une fondation caritative privée basée à New York et qui ambitionne de « promouvoir le bien-être de l’humanité dans le monde », à travers des investissements dans les domaines de la santé publique, de l’éducation médicale, de l’innovation scientifique, des sciences sociales et des arts.

La valeur sur le marché de ses dotations était de 4,7 milliards de dollars en 2007 contre 3,1 milliards de dollars en 2001.

BK/ASG

Plan d’Action Lutte Contre La Cyber Criminalite

A venir

SENEGAL Les radios communautaires émergent :Le succès suscite les convoitises des collectivités locales

A venir

Affaire jappo fm vers une décrispation de la situation

Au  mois  de  janvier  dernier,  un  conflit  s’est  déclenché  entre  les  acteurs  de  la  radio
communautaire Jappo Fm, notamment l’ONG Connexion Sans Frontières – assignataire
de la fréquence – et la Commune d’Arrondissement des Parcelles Assainies – partenaire stratégique de l’ONG dans le cadre de l’exploitation de la radio.

C’est  le  31  août  dernier  que  le  juge  des  référés  devait  statuer  sur  l’affaire  Jappo  Fm,  qui oppose  la  commune  d’arrondissement  des  Parcelles  Assainies  à  l’ONG  Connexion  Sans Frontières.  C’est  l’ONG  qui  avait  déposé  une  requête  en  demande  d’abréviation  de  délai auprès du tribunal hors-classe de Dakar, en vue de suspendre les programmes de Jappo Fm et de libérer tout le personnel. Cette suspension devrait être mise à profit pour signer un nouvel accord avec  les autorités municipales,  selon Ahmed El Karim CISSE,  secrétaire exécutif de
l’ONG Connexion Sans Frontières.

Absence du Personnel

Le secrétaire exécutif de Connexion Sans Frontières signale que  le personnel de  la radio n’a pas assisté à  l’audience du 31 août.  Il n’y avait que  les avocats commis par  la municipalité. Cette absence confirme la thèse de l’instrumentalisation du personnel. Il serait aberrant qu’un personnel  bénévole  s’engage  dans  un  conflit  social.  Une  radio  communautaire  fonctionne comme  une  association  sportive  et  culturelle.  Les  agents  sont  liés  à  la  structure  par  un engagement de bénévolat à durée déterminée. C’est pour cette raison que le secrétaire exécutif de  l’ONG a remercié  les agents de  la radio  lorsque ces derniers ont défié son autorité, avant de porter plainte pour diffamation ’’, commente un juriste qui a requis l’anonymat.

Ignorance de la Charte

‘‘Une collectivité locale ne peut pas être copropriétaire d’une radio associative. Mais certains élus  locaux  ignorent  la  réglementation  en  vigueur  en matière  de  radio  communautaire.  Ils semblent méconnaitre  le sens    juridique d’une subvention. Dans  le cas de Jappo Fm, aucune clause du protocole d’accord qui  lie  la commune d’arrondissement des Parcelles Assainies à l’ONG Connexion Sans Frontières  n’évoque  des  questions  liées  à  la  propriété. Ce  point  ne devrait pas faire l’objet de polémique dans la mesure où l’ONG Connexion Sans Frontière est l’unique assignataire de la fréquence et, par voie de conséquence, propriétaire de la radio et du patrimoine. Le paiement de charges locatives ou l’achat d’un mobilier de bureau ne donne pas
à  la Mairie un droit de propriété quelconque sur  le patrimoine de  la radio’’, ajoute un expert judiciaire.

Réquisitoire du Maire contre l’ONG

Le 10 août dernier, Moussa SY a adressé au directeur général de l’Agence de Régulation des Télécommunications  et  de  Postes  (ARTP)  un  courrier  dans  lequel  il  dresse  un  réquisitoire particulièrement  sévère  aux  allures  de  pamphlet  politique  contre Ahmed Al Karim CISSE,
qu’il  accuse  de  détournement  de  fréquence.  Selon  Moussa  SY,  la  fréquence  devait  être enregistrée  au  nom  de  ‘‘la  structure  communément  créée’’  et  dénommée  ‘‘Solution  – Multimédia – Dimension Communautaire’’. Ce que dément le Secrétaire Exécutif de l’ONG, qui  signale  que  ‘‘Solution  –  Multimédia  –  Dimension  Communautaire’’  n’est  pas  une structure dotée de la personnalité morale. ‘‘C’est le titre d’un projet, mieux un slogan de notre
ONG’’, note-t-il.

L’ARTP tranche en faveur de Connexion Sans Frontières

Le  directeur  général  de  l’ARTP  ne  s’est  pas  fait  attendre  pour  trancher  les  questions spécifiques à la fréquence. Dans sa réponse au député maire, le patron de l’agence précise que ‘‘c’est  l’ONG  Connexions  Sans  Frontière  qui,  à  la  demande  du  Ministère  chargé  de l’information, est assignataire d’une fréquence pour l’exploitation de la radio Jappo FM’’.  ‘‘L’ARTP, qui se déclare incompétente pour les questions contractuelles, donne raison ainsi à l’ONG Connexion Sans Frontières. Cette précision vient désarmer Moussa SY, qui se rabat sur  la question de  la copropriété et exerce une  forte pression sur  les  responsables de  l’ONG Concept relativement à la subvention d’équipement, en les obligeant à signer un document qui souligne  que  la  subvention  est  destinée  exclusivement  à  la  radio.  Or,  il  a  écrit  dans  son courrier adressé aux autorités que la radio n’a pas d’existence juridique. Ce qui démontre que la  subvention d’équipement entre dans  le patrimoine de  l’ONG Connexion Sans Frontières. Le député maire  recourt  à  la violence pour  s’accaparer  la  radio. C’est Moussa SY qui gère directement  la  radio.  D’ailleurs,  il  vient  de  suspendre  le  serveur,  qu’il  considère,  à  tord, comme une machine à sous pour Ahmed Al Karim CISSE. Il s’agit d’un acte grave qui met en péril  les  acquis  en matière  de  liberté  d’expression  et  d’association.  Par  ailleurs,  le  député maire a tourné en dérision Ousmane Masseck NDIAYE, président du Conseil économique et social -troisième personnalité de l’Etat-, qui offrait une médiation. En effet, dès qu’il a appris l’offre  d’Ousmane Masseck NDIAYE, Moussa  SY  a  fait  courir  des  rumeurs  qui  laissaient entendre que c’est le secrétaire exécutif de l’ONG qui sollicitait l’intervention du président du Conseil, ce qui a amené ce dernier à se rétracter. La réaction du député maire prouve qu’il fait fi  de  la  convention  de  partenariat,  qui  dispose  à  son  article  18  -consacré  au  règlement  des différents-  que  ‘‘tous  les  conflits  pouvant  naître  de  la  conclusion,  de  l’interprétation  ou  de l’exécution des clauses contenues dans  le présent accord seront soumis aux responsables qui trouveront, par le dialogue, les solutions idoines’’ et que ‘‘la procédure de règlement amiable pourra  faire  intervenir  des  tiers  médiateurs  ou  conciliateurs’’,  indique  un  expert  en communication.

Subvention d’équipements

‘‘Pour  ce  qui  est  des  21  millions  évoqués  dans  le  cadre  de  cette  affaire,  il  s’agit  d’une subvention d’équipements octroyés et entièrement livrés à l’ONG Connexion Sans Frontières. Contrairement  à  une  information  véhiculée  dans  la  presse,  il  ne  s’agit  point  d’une  somme d’argent  versée  à  notre  organisation.  Certains  politiciens  ont  instrumentalisé  un  groupe d’agents  bénévoles  dans  le  but  de  ternir  l’image  de  notre  ONG,  en  livrant  de  fausses informations  aux  médias’’,  précise  Ahmed  Al  Karim  CISSE,  avant  de  réitérer  son engagement à maintenir la radio sur le périmètre communal des Parcelles Assainies  Ce que propose le Maire  Dans  le  cadre  de  la  recherche  d’une  solution  à  l’amiable,  le  député-maire  de  la  commune d’arrondissement des Parcelles Assainies a élaboré un nouveau projet de statut de la radio. Ce projet propose une révision du statut de radio communautaire :  le préambule  indique que ‘la radio JAPPO FM est une structure dépendant de la municipalité des Parcelles Assainies’’. Cette proposition  traduit une volonté de  transformer Jappo Fm en radio municipale.  Il s’agit d’un  amalgame.  Car,  le  même  préambule  précise  que  ‘‘les  présents  statuts  doivent  être compris dans le cadre de ceux qui régissent les radios communautaires au Sénégal’’.

Tentative d’aliénation de la radio

Selon le projet de statut de Moussa SY, la présidence du conseil d’administration est dévolue d’office  au  Maire  de  la  commune  d’arrondissement  des  Parcelles  Assainies’’.  Il  serait ‘‘membre d’office…de  tous  les comités et  (les)  commissions de  la Radio  JAPPO FM’’. Le Maire serait également ‘‘le principal porte-parole de la Radio…’’ et ‘‘le principal responsable de l’exécution du mandat de la radio’’. Ce qui constituerait une entorse au cahier des charges applicable aux radios associatives, qui prône l’indépendance des médias de masse associatifs vis-à-vis notamment des pouvoirs publics.
Ce  projet  offre  au Maire  des  pouvoirs  exorbitants  au Maire :  celui-ci  peut,  à  tout moment, révoquer  les  autres membres  du  conseil  d’administration,  dont  le mandat,  qui  ne  dure  que d’une assemblée générale à une autre, est renouvelable une seule fois. Ce projet prévoit que  le Maire peut, à  tout moment, révoquer  les autres membres du conseil d’administration, dont  le mandat, qui ne dure que d’une assemblée générale à une autre, est renouvelable une seule fois

Décrispation de la situation

Le 2 octobre, le secrétaire exécutif de l’ONG a rencontré les représentants du personnel de la radio afin de décrisper la situation. Cette rencontre s’est déroulée sous l’égide du sous-préfet des Parcelles Assainies et du commissaire de police.
Au cours de la réunion les deux parties ont regretté le malentendu qui, selon Ahmed Al Karim CISSE, s’explique par une crise de croissance.
Le rédacteur en chef de la radio a, pour sa part, présenté ses excuses, en son nom propre et au nom du personnel, pour  les propos diffamatoires  tenus à  l’encontre du secrétaire exécutif de l’ONG.  Ce  dernier,  qui  les  a  acceptés,  s’est  engagé  à  retirer  la  plainte  formulée  pour diffamation.

Abdoulaye KANE
–  Directeur  de  l’agence  conseil  en  communication  ‘‘International  Communication’’
(INTERCOM)
–  Rédacteur en Chef du magazine ‘‘L’Economiste International’’
–  Doctorant en communication
BP: K2001 PIKINE CP 16552 DAKAR SENEGAL
Tel.: (00221) 772405343

Installation de Radio Communautaire

L’ONG Connexion Sans Frontières en partenariat stratégique avec les populations et les collectivités locales ciblées a entrepris la mise en place de cinq stations radio communautaires au niveau de zones ci-dessous :

Matam – Fatick -Louga -Saint-Louis

Et dans la commune d’arrondissement des Parcelles Assainies, celle ci est en cours d’installation. Le centre communautaire multimédia des Parcelles Assainies dispose d’un cyber centre aussi. Tandis que la radio sera baptisée par les populations qui lui donneront un nom au cours d’une journée de sensibilisation sur les problèmes de la localité.

OBJECTIFS DU PROJET

Par la création de ces cinq stations radio communautaires, le projet cherche à travers les émissions participatives, inter actives et pluridisciplinaires, d’apporter un appui aux activités de développement communautaires, à l’éducation au civisme et à la protection de l’environnement et des ouvrages publics.
Il s’agira de

Promouvoir la discussion et la participation sur les questions d’intérêt commun ;
Favoriser l’accès à l’information et l’expression pour tous les membres de la communauté ;
Favoriser le dialogue et les échanges entre populations ;
Eduquer et divertir les populations ;
Rendre compte aux populations de la gestion de la localité en les impliquant dans la gestion et l’entretien des ouvrages publics ;
Rendre compte des rencontres sur les projets et idées concernant la localité ;
Aider à l’émancipation des femmes : la radio est un outil de communication et d’expression accessible aux femmes dans de nombreux pays ;
Contribuer à la protection des enfants ;
Inciter les populations à l’élaboration d’une culture de la paix.

MISSION DE LA RADIO COMMUNAUTAIRE

« Une radio libre, associative, rurale, scolaire, citoyenne, populaire, éducative, participative, interactive, alternative… »

La mission principale de la radio communautaire est de créer un cadre de concertation et d’expression pour les populations en faveur de l’identification de leurs problèmes et à la recherche de solutions.

La radio contribuera aussi à l’éducation et au divertissement des populations ainsi qu’à la mise en valeur des ressources locales pour l’épanouissement de tous les segments de la communauté.

Ce projet a pour but d’aider au développement des radios de proximité comme outil d’expression, d’information, de développement durable et de sauvegarde des cultures locales. En résumé, la radio communautaire vise à créer une interactivité sociale à travers la participation des populations à la conception, à l’élaboration, à la production d’émissions radiophoniques multi thématiques et interdisciplinaires pour une meilleure prise en charge de leur destin.